L’ange de la nuit, T1, La voie des Ombres – Brent Weeks

la_voie_des_ombres-le_choix_des_ombres-au_dela_des_ombres-brent_weeksVoilà un livre que j’ai sur ma liste de lecture depuis longtemps (comme beaucoup, certes)… j’ai plongé l’autre jour, puisque je l’ai trouvé en poche et que j’étais un peu en panne de lectures.

Je l’ai acheté sans relire le résumé, qui n’avait jamais réussi à me convaincre. Les premières pages ont été décevantes. On tombe dans un univers rempli de fange, de violence et de tout un tas de choses peu recommandables. J’ai eu peur que la lecture soit très longue… et que je n’adhère pas au livre. Et finalement, plus je tournais les pages, plus je les tournais vite, plus j’avais envie de lire la suite et plus j’étais happée dans l’histoire. 

Au final, je suis assez mécontente: j’ai fini le livre, mais je n’ai pas réussi à mettre tout de suite la main sur le tome 2! Cqfd?

Pour revenir à l’histoire: un célèbre assassin sévit dans les rues de Cénaria. Un jeune homme, Azoth, est quant à lui prisonnier des rues et de la violence. Leurs histoires vont se croiser (évidemment), et… il faut lire le livre!

L’histoire se raconte mal, puisqu’en la racontant, on risque de dévoiler trop de l’intrigue, ce qui enlèverait son caractère piquant à l’histoire. Les héros ont des qualités et des défauts, des parts d’ombre avec lesquelles ils acceptent de vivre (et assument), Ils se font des coups bas et des méchancetés, et les fausses pistes sont lancées avec soin pour perdre les protagonistes et les lecteurs, qui se font avoir – le tout pour mieux rebondir ensuite.

L’histoire est relativement compliquée, tout de même, mais comme le récit est intelligemment bâti, on arrive à démêler le vrai du faux et comprendre où tout cela nous mène.

J’ai oublié de préciser qu’il s’agit de fantasy, et comme dans toute saga de fantasy digne de ce nom, on retrouve de la magie… Elle est savamment dosée, et n’apparaît que vers la fin du livre. Cependant, à tous ceux qui ont une allergie à la fantasy (ou devrais-je dire: celles?) il vous faudra malheureusement passer votre chemin. Dommage!

Amateurs du genre: allez-y! Comparativement, Fitz (de l’assassin royal) perd un peu de sa saveur… mais c’est dans la lignée du Don, où violence et magie sont aussi savamment dosées. Attendons maintenant de voir ce que vont donner les autres tomes (il en reste encore 2).

640 pages, Ed. Milady, 2011

Publicités

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s