La septième vague – Daniel Glattauer

la_septieme_vague-daniel_glattauerLa suite tant redoutée de Quand souffle le vent du nord. Il m’aura fallu près d’un an après le tome précédent pour me lancer, tant j’avais peur d’être déçue par ce nouvel opus.

Tout s’est bien passé. Ouf. Pas de déception en vue.

Je récapitule: dans le premier livre, deux personnes entraient par hasard en contact mail. Au fur et à mesure une relation forte se noue entre ces deux personnes, Emmi et Leo. Je ne veux rien dévoiler de l’intrigue, et c’est donc un exercice comme d’habitude assez périlleux…

En tout état de cause, on retrouve nos deux héros, Emmi et Léo, dans la Septième Vague qui est vraiment la suite de Quand souffle le vent du Nord. La lecture de ce dernier est donc chaudement recommandée, non seulement parce que c’est une chouette histoire, mais aussi parce que sinon, il manquerait des bouts dans celui-ci.

On les retrouve donc, après quelques mois de silence, sans échanges de mail. Comme dans le précédent livre, difficile de raconter une histoire, tant il s’agit ici de sentiments. D’amitié, d’amour. Mais aussi une réflexion sur le mariage, sur ce que l’on attend (espère) de l’autre, d’une relation. C’est (je l’avais déjà dit dans le post concernant le vent du nord), une histoire qui ne plaira pas aux garçons en quête de testostérone et d’action….

Il s’agit aussi de dépendance: comment on en arrive à dépendre de quelqu’un et la force que cette relation peut avoir. Le fait que tout soit virtuel aggrave encore la situation. Effectivement, il est bien plus facile d’idéaliser une personne que l’on a jamais vue qu’un ami en chair et en os! C’est donc aussi une histoire sur les amitiés et les échanges qui se poursuivent malgré la distance. On sait bien, dans la vraie vie, que parfois, loin des yeux, loin du coeur s’applique… Même si, heureusement, cela ne s’applique pas à tous les coups! (encore heureux).

J’ai aimé ce livre, je me suis laissée emporter par la septième vague, que j’ai d’ailleurs trouvée être une expression bien appropriée, à cette situation, mais à bien d’autre aussi.m_aime

Pour finir, et parce que j’aime bien comparer mes impressions avec celles des autres, je m’attendais à trouver des commentaires disant que c’était un livre niaiseux et plein de (trop) bons sentiments. C’est vrai que cette histoire est, je le répète, risquée: on aurait vite fait de tomber dans la caricature ratée, le roman à l’eau de rose qui tourne au vinaigre… et pourtant, pas de commentaire internet mauvais, puisque (et je suis d’accord), l’auteur a réussi, à nouveau, à dépasser tous ces écueils pour nous livrer un moment de vie entre deux personnes, affectant bien plus que ces seules deux personnes d’ailleurs, mais sans pour autant nous noyer avec des personnages nouveaux ou nous opprimer dans un huis-clos étouffant (et répétitif).

Voilà une belle lecture, que je recommande pour la plage: vous en profiterez pour vérifier la théorie de la septième vague….

(et pour ceux qui voudraient améliorer leur allemand, c’est le moment: lisez en VO!)

288 pages, Ed. Le Livre de poche, 2012. Trad. AS. Anglaret

Publicités

Une réflexion sur “La septième vague – Daniel Glattauer

  1. Pingback: A toi pour l’éternité – Daniel Glattauer | Livres by Marie

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s