La prophétie Charlemagne – Steve Berry

la-prophetie-charlemagne_steve-berryRien de tel qu’un Steve Berry pour se détendre l’été. Ses livres sont un peu comme ces blockbusters de cinéma, ils s’apprécient particulièrement quand on a l’esprit ouvert aux légèretés.

J’aime bien les aventures de Cotton Malone: c’est un croisement entre Lara Croft et Jason Bourne, un mélange entre archéologie, aventures et politique. 

Sauf que cette fois-ci, la mayonnaise n’a pas vraiment pris.

Cotton Malone est à la recherche d’informations pour expliquer la disparition de son père, puisqu’il ne croit pas vraiment à la version officielle. Lorsque l’opportunité d’en savoir plus se présente, il saute sur l’occasion, et se retrouve impliqué un peu malgré lui, dans une histoire qui va le conduire à résoudre le mystère de Charlemagne, et faire des découvertes qui pourraient remettre en cause notre version de l’évolution humaine.

Voilà ce qui est promis. Charlemagne: ok, on en apprend un peu plus sur lui, fiction et réalité sont habilement mélangés comme à chaque fois, très bien. Concernant les découvertes archéologiques: elles sont faites avec une facilité et une désinvolture qui forcent la question suivante: mais pourquoi cela n’a-t-il pas été découvert plus tôt? Quand à la finalité du livre, à savoir la lumière sur l’évolution humaine, à peine 3 lignes esquissées sur les dernières pages, qui tombent un peu comme un soufflé manqué. Pas même un poil de surnaturel, juste des vieilles pierres retrouvées sans aucune émotion particulière, comme si, là encore, c’était tout à fait normal. (Alors qu’on nous a un peu fait mariner et espérer une découverte sensationnelle pendant pendant tout le livre!!).

En parallèle, on suit une histoire avec deux agents secrets qui essayent de déjouer un complot visant à s’approcher du pouvoir suprême aux USA, complot qui, comme la recherche archéologique, se termine d’un coup de baguette magique.

En d’autres termes, on tourne un peu autour du pot…

Je préférais Steve Berry en découvreur de vrais secrets enfouis et surtout bien cachés, en archéologue doublé d’un super agent (là, il se fait un peu manipuler tout du long par une famille bizarre)… N’empêche que ce livre reste un bon divertissement, il y a des moments d’action, de l’histoire, et on se laisse un peu prendre au jeu.

Pas le meilleur Steve Berry que j’ai lu. Mais je continuerais à suivre les aventures de Cotton Malone!

696 pages, Ed. Pocket, 2012. Trad. D. Galhoz

Publicités

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s