La justice de l’inconscient, Les carnets de Max Liebermann – Franck Tallis

la_justice_de_l'inconscient-franck_tallisC’est le deuxième « carnet » de Liebermann qui me tombe sous la main, mais ce tome est en fait le premier de la série.

On découvre le personnage de Max Liebermann, psychanalyste – au début de la psychanalyse – et son ami Oscar Rheinhart, commissaire de police aux prises avec une affaire de meurtre bien étrange: une médium de renom est retrouvée morte chez elle, dans une pièce qui est fermée de l’intérieur.

Loin de retrouver un mystère à la chambre jaune, à la Rouletabille, Max et Oskar enquêtent et naviguent dans des milieux bien différents.

Chacun doit en plus gérer son travail quotidien et sa vie privée. Max Liebermann doit, par exemple, soigner une jeune fille atteinte de paralysie du bras droit et refuse qu’elle passe des séries d’électrochocs pour la guérir, et tente de la sauver par la parole alors que les chocs sont très en vogue…

La lecture est agréable, le vocabulaire soutenu et le livre est bien documenté. Ce n’est pas un livre dont on se souvient forcément 10 ans plus tard, mais on prend un réel plaisir à se laisser entraîner dans les rues du Vienne de l’époque, entrer dans les cafés bondés aux pâtisseries appétissantes et bousculer par les fiacres en repartant.

Toujours chouette, les personnages sont sympas et on s’y attache sans difficulté.

Peut être quelques longueurs, mais que l’on pardonne assez aisément, tant le reste est plaisant.

442 pages, Ed. 10/18, 2006. Trad. M.Valencia

Publicités

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s