Le siècle, T2, L’hiver du Monde – Ken Follett

Ouf. C’esle_siecle-t_2-l_hiver_du_monde-ken_follettt un peu la sensation qui prédomine quand on ferme le livre. Parce que 1000 pages, en grand format, le tout pour 950 grammes environ, ça ne se lit pas en 10 minutes. Donc déjà quand on le termine on a un petit sentiment de fierté.

Ensuite, se pose la question de l’histoire. A quoi reconnaît on un bon livre? Déjà, on arrive au bout, on a envie de savoir la suite, on a du mal à arrêter de lire en cours de route, on rate presque son arrêt de métro le soir, etc. (oui, ça sent le vécu, c’est normal).

Donc, bon livre. Alors c’est sûr qu’avec 1000 pages, mon ami Ken Follett (je n’aime toujours pas les Piliers de la terre, et la série TV qui va maintenant avec, encore moins) ne peut pas s’empêcher de faire quelques longueurs. Certes, mais finalement, les longueurs des uns seront les passages préférés des autres..

Le tome un nous présentait, au travers de différents personnages, l’Allemagne, l’Angleterre, la Russie et les Etats Unis, à la veille de la première guerre mondiale. Des familles qui se croisent, se mélangent même parfois, se recroisent et se séparent (ou sont séparées) sur le fond de crise mondiale, de politique, d’espionnage, …

Le mélange fonctionnait bien et fonctionne toujours bien dans le tome 2: on retrouve nos personnages, qui ont tous vieilli avec de nouveaux personnages (leurs enfants, leurs conjoints, leurs amis) embarqués dans une nouvelle et mauvaise aventure qu’est la seconde guerre mondiale, avec au préalable la montée du fascisme en Allemagne, mais aussi en Espagne, les petits moments d’égarements de l’Angleterre par rapport au régime nazi, les espions du KGB et Staline, le tout surveillé de loin (mais pas trop) par les Américains.

Il y a un souci, pour nous lecteurs français, c’est qu’un auteur américain, qui décide de parler de la seconde guerre mondiale du point de vue Allemand, Anglais, Russe et Américain néglige largement le petit peuple français qui, sauf quelques rares passages, passe un peu pour un lâche…. qui s’est soumis vite, pas battu longtemps et qui n’a pas franchement apporté sa pierre à l’édifice de la bagarre. Le nom du général de Gaulle n’est même jamais mentionné et on évoque en 3 lignes la résistance française. Bref, il en manque un bout.

Autre souci, les héros se retrouvent comme de par hasard au centre des évènements majeurs de la guerre, il y a quelques petits moments de facilité…

Néanmoins, on redécouvre certains pans de l’histoire qu’on ne connait pas forcément, notamment sur la montée du nazisme, le rôle des uns et des autres, ainsi que sur les recherches sur la bombe atomique. Le tout est bien écrit (bien traduit aussi, ca joue) et les personnages sont attirants: ils sont bien ficelés, il y a des histoires d’amour pour nous changer un peu les idées de toute cette mort, mais des passages où le malheur frappe nos héros, c’est aussi le jeu.

Autre aspect un peu déroutant et finalement assez élégant, il n’y a que très peu de références de faites aux camps de concentration et au sort réservé aux juifs. On sait que les juifs partent, on se doute de leur destination mais personne n’imagine l’horreur des camps. On sait simplement que les personnes handicapées, qu’elles soient juives ou non d’ailleurs, sont assassinées. Mais finalement, les gens étaient ils au courant de ce qu’ils se passaient? Une petite mention en fin de livre de ce pan cauchemardesque de l’histoire aurait peut être été bienvenu.

Je recommande à ceux qui n’ont pas peur de gravir la montagne de pages que représente ce livre, qui aiment l’histoire sans être trop chauvins (on ne parle pas beaucoup de nous!) et qui ont du temps devant eux!

1008 pages, Ed. Robert Laffont, 2012. Trad. J.D. Brèque, O. Demange, N. Gouyé-Guilbert, D. Haas et V. Mikhalkov

Publicités

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s