Le dernier apprenti sorcier, T4, Le rêve de l’architecte – Ben Aaronovitch

le_dernier_appreti_sorcier-ben_aaronovitchJ’ai lu et apprécié les opus précédents, mais je reconnais avoir été déçue par ce livre. 

Il m’a paru bien long, moins amusant et léger que les précédents, et je me suis presque ennuyée! Il y a bien de l’humour et quelques rebondissements, mais pas assez pour me tenir en haleine tout du long du livre. Ais-je été trop bien habituée par cet auteur jusqu’alors?

Les personnages sont toujours attachants et par sympathie pour eux, je continuerais volontiers la série. J’espère juste que le prochain tome sera à la hauteur des premiers!

Pour vous resituer la série, il s’agit de suivre des agents un peu particuliers qui suivent les affaires classées comme paranormales par les autres services de police. La magie existe bel et bien, ces agents sont chargés de la contrôler et d’éviter les accidents et les abus. Le tout dans notre monde, tel que nous le connaissons aujourd’hui, avec des écrans plasmas, des téléphones portables et des voitures, ce qui rajoute un je ne sais quoi de charmant à ces aventures.

Voilà la 4e de couverture du tome: La découverte d’un corps mutilé dans la banlieue de Londres fait monter d’un cran la paranoïa ambiante, d’autant que la méthode rappelle furieusement celle de l’Homme sans visage, ce magicien fou déjà connu des services de police. Enfin, pas de tous les services, juste de celui des affaires surnaturelles, dont le représentant le plus actif, l’agent Peter Grant, est aussi le dernier apprenti sorcier de Londres. A peine débutée, son enquête va s’enrichir de nouveaux éléments à première vue sans rapport avec le crime, mais qui tous mènent au quartier d’Elephant and Castle ; plus précisément à un ensemble d’immeubles conçu par un architecte dérangé et habité par tout ce que la capitale britannique compte de désespérés…

Bref, ce n’est pas par celui-ci qu’il faut commencer la série, et ce n’est pas sur celui ci qu’il faut trop compter, même si je note que d’autres ne partagent pas ma petite déception. J’ai lu les précédents en anglais, peut être que la traduction m’a moins convaincue que les livres originaux…

A suivre, je ne compte pas abandonner mes héros, surtout que la fin laisse envisager des drôles d’évolutions dans l’histoire!

380 pages, Ed. J’ai Lu, 2015. Trad. B. Dormis

Publicités

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s