Et tombent les filles – James Patterson

et_tombent_les_filles-james pattersonOn doit déjà à Patterson mon petit Women Murder Club, la série de polars pour filles qui me fait passer de chouettes moments. On lui doit aussi la série Alex Cross, plusieurs fois adaptée au cinéma, le premier tome, le Masque de l’Araignée, est ici.

Me revoilà donc lancée dans la lecture d’un polar « qui fait peur »… et je reconnais avoir été assez mal à l’aise en lisant cette histoire. 

Résumé: Deux tueurs sèment la terreur. À Los Angeles, « Gentleman » ne laisse derrière lui ni indices ni témoins, juste un sanglant sillage de corps sauvagement mutilés et un délicat bouquet de pivoines roses et blanches.En Caroline du Nord, « Casanova » pourrait prétendre rivaliser avec lui, sinon qu’il préfère distiller la mort goutte à goutte en veillant ses victimes jusqu’à l’ultime soubresaut dans la prison qu’il a construite pour elles au cœur des sombres forêts. Quel lien pervers unit ces deux monstres ? Et quel est l’enjeu de cette course à l’horreur ?Pour le découvrir, Alex Cross, un flic armé d’un doctorat en psychologie, n’hésite pas à descendre au cœur des ténèbres humaines…Un modèle du genre, intelligent et terrifiant à souhait.

Alors, si j’ai eu peur, c’est que l’histoire est terriblement efficace. Mais je m’interroge: est ce que j’aime encore ça? Parce que avoir peur d’éteindre la lumière le soir, à mon âge, c’est un peu ballot! L’histoire s’ouvre par une histoire terrible: un type qui se promène dans le plafond d’une maison… j’ai évidemment pensé à Sqweegel (qui m’a bien traumatisée) et j’ai commencé à trembler!!! Dès les premières pages, j’étais mal partie. Et ça ne s’est pas amélioré.

Ce n’est pas un livre à mettre entre toutes les mains, c’est violent, sexuel, explicite, et … terrifiant. Un peu trop, par moments, et ce n’est pas forcément ma tasse de thé. Mais heureusement, l’intrigue est à la hauteur! Et les personnages sympathiques.

Je vais laisser tout ça reposer et je verrais si je retourne voir ce que devient Alex Cross plus tard (il y a 22 tomes, j’ai le temps de voir venir… ou pas!). Pour l’instant, j’ai besoin de retrouver des histoires un peu plus légères!

Âmes sensibles, passez votre chemin. Amateurs de frissons, foncez!

383 pages, Ed. Pocket, 1997. Trad. P.R. Hupp

Publicités

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s