Toute la lumière que nous ne pouvons voir – Anthony Doerr

toute_la_lumiere_que_nous_ne_pouvons_voir-anthony_doerrEcrire une chronique sur un « chef d’oeuvre », un prix Pulitzer, un « coup de coeur des libraires » et j’en passe, c’est toujours hyper risqué. Mais qu’importe! Courage, fuyons, je me lance. 

La 4e de couverture:

Véritable phénomène d’édition aux États-Unis, le roman d Anthony Doerr possède la puissance et le souffle des chefs d’oeuvre. Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne du Paris de l Occupation à l effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont la guerre va bouleverser l existence : Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance. En entrecroisant le destin de ces deux personnages, ennemis malgré eux, dans le décor crépusculaire d une ville pilonnée par les bombes, Doerr offre un roman soigneusement documenté et une fresque d une beauté envoûtante.
Bien plus qu un roman de guerre, Toute la lumière que nous ne pouvons voir est une réflexion profonde sur le destin, le choix et l humanité.

J’étais en Bretagne, ça se passe à Saint Malo, le cadre était le bon. J’étais en week end, avec plein de temps devant moi, parfait pour lire un page turner. Bref, conditions de lecture optimales.

Moment de lecture divertissant, grâce à une construction narrative rythmée. Les chapitres sont courts, intenses, et on alterne entre les points de vue de plusieurs protagonistes. On sait que ces protagonistes vont tous se croiser à un moment où à un autre, mais on ne sait pas quand, et l’histoire se tricote doucement. Peut être un peu trop doucement d’ailleurs, puisque même si les choses bougent, certains passages n’apportent pas autant d’eau à notre intrigue qu’on le voudrait.

On parle de la seconde guerre mondiale, du début à la fin (ou presque), côté français et côté allemand, c’est apparemment plutôt documenté, assez intéressant parce que ce n’est pas trop orienté (même si c’est un peu manichéen, évidemment, les gentils d’un côté, les méchants de l’autre, avec les très gentils et les très méchants), et les personnages sont assez détaillés, construits, et on s’attache à eux.

Je dirais qu’il m’a manqué un petit soupçon d’âme, un petit bonus qui fait que, de lecture d’été fort sympathique, on arrive à une lecture qui me laisse baba, soufflée par un effet « whaou », un truc fou que je n’aurais pas pu venir et qui aurait donné une nouvelle dimension au récit. La fin arrive de manière assez brusque, alors que les passages s’étiraient en longueur avant. Et ça a peut être été trop brusque pour moi. Mais l’avantage de cette fin brusque, c’est qu’elle n’est pas téléphonée, pas facile, et reste par conséquent relativement crédible. Mais, je crois que je suis un peu restée sur ma faim.

C’est une belle histoire, qui n’est finalement pas ce à quoi je m’attendais, un joli moment, une luminosité particulière, une ambiance spéciale, une écriture très agréable, mais ce n’est pas THE énormissime coup de coeur pour moi.
C’est parfait pour l’été, c’est fort sympathique, mais je n’irais pas au delà (c’est quand même déjà pas mal du tout!).

Et la machine commerciale s’est, bien sûr, mise en route, avec le film qui ne va pas tarder à débarquer sur nos écrans! Pour le coup, je ne sais pas si j’irais voir cette histoire portée sur écran, si le réalisateur n’est pas un peu poète dans l’âme, on va se trouver dans un rambo malouin, ce sera un exercice de réalisation assez périlleux!
Saint Malo en profite aussi, puisqu’ils ont créé un itinéraire dans l’intramuros pour retracer les trajets de l’héroïne…. Ils auraient bien tort de se priver de ce magnifique coup de projecteur sur la ville! (Qui mérite d’ailleurs largement le détour, même sans faire de lien avec ce livre d’ailleurs!)

600 pages, Ed. Albin Michel, 2015. Trad. V. Malfoy

Publicités

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s