By Zoé : La trilogie des gemmes Tomes 2 et 3 – Kerstin Gier

Après un premier tome enthousiasmant qu’en est-il de la suite et fin de cette trilogie ?

Tome 2 : Bleu Saphir

la-trilogie-des-gemmes-tome-2-bleu-saphir Après la lecture du 1er tome Rouge Rubis, j’ai rapidement craqué pour la suite, Bleu Saphir.
Puisque Gwendoline est le Rubis, je m’étais demandée si, au vu du titre de ce tome-ci, l’on suivrait les aventures d’un autre personnage, le Saphir. Surtout que grâce aux voyages dans le temps, rien n’empêche nos héros de rencontrer ce dernier. Bref, il n’en n’est rien, ce tome-ci nous fait toujours vivre les débuts de voyageuse dans le temps de Gwendoline et, arrivée presque à la fin du livre, je me suis dit « quoi déjà ? ! ».
Donc, oui, je n’ai pas eu de mal à avancer dans ma lecture mais j’ai trouvé que l’histoire n’avait pas énormément progressé. C’est surtout le dilemme amoureux de Gwendoline qui prend de la place dans ce tome. De nouveaux personnages font quand même leur apparition, comme le frère de Gidéon, Luca Montrose et le succulent Xémérieus. Ce nouvel esprit qui s’accroche aux basques de Gwendoline est espiègle à souhait et apporte une bonne dose d’humour et de fraicheur au récit.
En conclusion, je n’ai toujours pas compris le titre de ce tome (bien que je sache qui est le saphir) et il faudra que le dernier soit dense pour mettre un point final à toute cette histoire. D’autant plus que les suspicions que j’ai émise au premier tome ne se sont vues ni infirmées ni confirmées et qu’une histoire de coordonnées GPS est restée en suspens.

384 pages, Ed. Milan, Trad. N. Lemaire, 2011.

Tome 3 : Vert Émeraude

la-trilogie-des-gemmes-tome-3-vert-emeraudeJe vais enfin avoir le fin mot de l’histoire ! Voilà ce que je me suis dit en entamant ce dernier tome. Pourtant, en le refermant, je me suis dit que j’en attendais plus…
Je n’ai pas le sentiment que la boucle soit bouclée. Il reste selon moi plusieurs éléments mystérieux qui ne nous ont pas été expliqués (d’où vient le produit obtenu lorsque le cercle est bouclé, pourquoi n’y a-t-il que 12 membres dans le cercle, quelle est l’origine du « pouvoir » de Gwendoline, …). Le thème aurait donc pu être plus exploité et l’univers un peu plus approfondi. La construction du récit a donné tellement de place à la romance que par moment l’énigme principale sur le cercle des 12 a été perdue de vue. Il me semble aussi qu’il y a un eu un petit problème dans la gestion du suspense car j’avais sans grande surprise deviné juste avec mon hypothèse du 1er tome. La seule révélation que j’ai eue à la lecture de ce dernier tome fut l’identité du grand méchant. Finalement, j’ai surtout eu l’impression que les veilleurs ont été énormément manipulés et ça m’a paru trop facile.
Pour une plus grande exploitation du thème, j’avais par exemple imaginé que grâce à sa magie du corbeau Gwendoline récupèrerait des informations précieuses en discutant avec des esprits du passé. Ce ne fut pas le cas et j’ai trouvé que sa magie n’avait pas été grandement exploitée à part pour mettre en scène le fantôme de l’école et le personnage de Xémérius. Cela dit, ce dernier est toujours en grande forme, ses réparties savoureuses rythment le récit et m’ont souvent fait sourire. Elles viennent casser le côté fleur bleu de nos deux héros avec beaucoup d’humour. Le sauvetage du fantôme m’a lui laissée plus dubitative. Je n’ai pas vu ce que ça apportait à l’histoire et, tant qu’à faire, pourquoi ne pas plutôt agir pour le fils du médecin.

En conclusion, il m’a manqué un petit quelque chose dans le contenu du récit et l’épilogue romantique de l’histoire ne m’a pas suffi. J’ai eu envie de dire tout ça pour ça, sans même parler des dernières lignes sur Lucy et Paul qui selon moi n’apportent pas grand chose. Pour adhérer totalement, il m’aurait fallu un univers mieux construit, une intrigue plus étoffée et une romance un peu moins présente et moins fleur bleue (oui je sais c’était un roman ado). Malgré tout, je reconnais avoir passé un bon moment de lecture et Xémérius me manquera. Peut-être que, prise de nostalgie, je regarderai prochainement les films déjà adaptés des 2 premier tomes de cette trilogie et je pourrais découvrir les sublimes tenues crées par Mme Rossini, la courtière française des veilleurs.

425 pages, Ed. Milan, Trad. N. Lemaire, 2012.

Publicités

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s