Wayward Pines, T2 – Blake Crouch

wayward_pines-blake_crouch-T2Vu, acheté, dévoré.

Voilà comment pourrait se résumer le moment passé avec ce bouquin!  

Mais (évidemment qu’il y a un mais, vous le sentiez venir) je suis d’accord avec certains avis croisés un peu partout sur internet: en plus d’être une chouette histoire, c’est un coup marketing incroyable.

Je suis au tome 2, et mon cher et tendre, qui a vu la série, me dit que je ne suis même pas à la moitié de l’histoire diffusée à la télé…. 2e livre donc, qui est un poche xxl (tant en format qu’en prix, soyons clair) sur une série de livres de 3 ou 4? C’est tout bénéf pour l’éditeur…. mais je fais partie de ces gens qui sont agacés par ce genre de manipulations (je ne me suis toujours pas remise du « coup » concernant la suite de l’assassin royal; à tel point que je n’ai toujours pas lu la version en VO que j’avais achetée par dépit devant ce premier tome sauvagement coupé en 2) donc je vais étudier la situation pour voir comment me sortir des vilaines griffes de ces éditeurs! Au passage, si je peux connaître la suite un peu plus vite, ça n’est pas pour me déplaire.

Il est difficile de planter le décor de ce tome 2, sans risquer d’en dire trop sur le T1 (cliquez ici pour en savoir plus), donc je ne vais pas rentrer dans les détails de cette histoire qui est un mélange de polar/thriller et de SF post apocalyptique. On retrouve notre héros, Ethan Burke, à Wayward Pines. Il est confronté à un meurtre et doit enquêter pour découvrir le fin mot de l’histoire, alors que le mal rôde et se rapproche …

Voilà: j’ai tout dit et rien dit, et vous êtes libres de retourner découvrir de quoi il retourne dans le 1er tome! Je n’ai pas lâché le bouquin, (comme je n’avais pas lâché le précédent) … et je dois reconnaître avoir eu un goût de trop peu en posant le livre. Comme toute bonne série qui se respecte, surtout si elle passe à la TV, il faut bien un cliffhanger pour conclure tout ça, et assurer des lecteurs dans les starting blocks pour la suite!

Si vous êtes amateur du genre, c’est sans souci: très sympa, prenant… et frustrant!

346 pages, Ed. J’ai Lu, 2015. Trad. P. Imbert

Publicités

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s