Les Brumes de Grandville – Monotropa Uniflora – Gwendoline Finaz de Villaine

Les Brumes de Grandville - Monotropa Uniflora - Gwendoline Finaz de Villaine

J’ai été intriguée par ce livre, et comme je ne suis pas contre une petite histoire d’amour entre deux polars ou deux histoires fantastiques, je me suis laissée faire!

Alors, je préviens tout de suite ceux qui ont des boutons à l’idée de lire des histoires de ce genre: fantômes à l’horizon!

Alors oui, j’avoue: grosses ficelles en prévision, je me doutais de ce qui allait se passer au fur et à mesure des pages mais, j’ai quand même passé un chouette moment de lecture. C’est un bouquin idéal pour une journée à la plage ou un long voyage: ça se lit vite, c’est prenant, et on oublie tout ce qui se passe autour de soi pendant un moment. Comme quoi, pas besoin d’être surpris pour passer un super moment. L’ambiance est agréable, le décor charmant, et les personnages construits, c’est déjà pas mal!

C’est une histoire décomposée en plusieurs tomes, donc je me demande ce que la suite réserve aux lecteurs: gros risque pour l’auteur de tomber dans une répétition de l’histoire, alors qu’il y a de la matière pour faire quelque chose de vraiment très sympa. Et j’espère qu’on toujours aura autant envie d’écouter de la musique classique, une fois le livre refermé…

On aurait envie que des fantômes viennent nous faire un coucou, tiens…

Bref, si vous êtes intrigués, voilà la 4e de couverture:

Peut-on tomber amoureuse d’une simple voix, d’un esprit, sans y perdre son âme ?
1919. au lendemain de la première guerre mondiale, Apollonie devient professeur de musique. Belle, libre et déterminée, la jeune orpheline découvre la vie au château de Grandville. Elle ne tarde pas à faire la connaissance du fils de la Comtesse, le magnétique et mystérieux Hector, dont la beauté n’a d’égale que le cynisme. Apollonie, encore troublée par cette rencontre, tombe sous le charme indécent d’une voix mystérieuse sortie des ombres…
« J’étais en présence d’un esprit authentique. Un spectre. Je ne pouvais pas le voir, mais je l’entendais parfaitement. Et le pire, dans toute cette histoire, c’est qu’il était doté d’une voix déroutante. Son timbre possédait une douceur étrange, mêlée d’accentuations rauques, presque envoûtantes. »

Bref, c’est français, c’est frais, c’est mignon, je valide! Et vivement la suite (on me glisse dans l’oreillette que le second tome est déjà dispo Les folies de Paris, mais pas en version Kindle…. à suivre)

Format Kindle, 765kb, 384 pages imprimées, B. Editions, 2014

Publicités

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s