Felicity Atcock, Les Anges mordent aussi (et suivants) – Sophie Jomain

Felicity Atcock, Tomes 1 à 5, Sophie Jomain

Bon, moi qui clamais haut et fort que les monomanies, c’était rare… j’ai récidivé.

La faute à la fatigue? à la flemme de transporter des livres? à la pluie? à Voltaire (oui, soyons exhaustifs)?

Bref, j’en suis à l’épisode 5 d’une série, en cours, qui devrait en compter 6. Il me reste aussi un « crossover » à lire, une sorte d’épisode 5.5 avec des zombies dedans – j’ai fait mes devoirs de recherche pré-écriture de cette petite bafouille – qui viendrait apparemment éclairer ma lanterne en vue de la future lecture du tome 6.

Sophie Jomain, je connais déjà, j’ai lu les Etoiles de Noss Head (à reculons, parce que c’était trop à la mode) pour finir par tout dévorer parce que c’était bien… voir ici, et .

Pour cette série, c’est un peu différent, j’étais perplexe: avais-je déjà lu ce tome 1? Perplexe donc, je tournais autour, me disant que le résumé me disait rien mais que la couverture par contre me rappelait quelque chose. Quand, en panne de lecture, j’ai vu que le 1er tome était proposé à 0,99€ en version numérique… j’ai cédé, le risque, vous en conviendrez, était minime. Maintenant, depuis le haut du 5e tome, je peux vous affirmer que: 1. je ne l’avais effectivement pas lu et que 2. c’est plutôt pas mal en fait!

Que vous dire? Vampires, anges (au cas où le titre ne serait pas suffisamment explicite..), loups garous, on retrouve tous les ingrédients du genre, jusqu’à la jeune fille en détresse, avec un don fou pour attirer toutes les emm**des possibles, un peu naïve et rougissante… Le tout saupoudré évidemment de beaux mecs baraqués et souvent dénudés qui lui font office de chevaliers servants.

Une bonne dose d’humour, du flirt, des bagarres, le contrat « divertissement » est tout à fait rempli, et on va même jusqu’au cliffhanger de fin… pour avoir très envie de lire la suite. Chez moi, ça a bien marché, et j’ai pesté de voir que le tome 6 n’était pas disponible, et je sais que le « crossover » existe et permet d’éclairer la suite, mais c’est avec des zombies dedans, et je n’aime pas les zombies. Aucun souci avec les démons, les métamorphes, et tout le tralala, mais les zombies, sans moi.

Bref.

8 octobre, pour le tome 6. On verra si la série est suffisamment forte pour résister à 4 mois d’absence :-).

Pour les curieux, voilà le résumé du 1er tome, facilement accessible en ligne à un prix raisonnable (comme la suite des tomes d’ailleurs, ils sont à 4,99€ de mémoire):

« J’ai vraiment pas de bol, il aura suffi d’une morsure, d’une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de s’enterrer dans mon jardin, sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et… ennuyeuse à mourir. »

Sauf qu’en voulant éloigner les ennuis, il arrive qu’on en attire d’autres… à plumes.

Quelques petits bémols (mais rien qui n’ait handicapé ma lecture): bien qu’il n’y ait pas de scènes de sexe à répétition ou gratuites, les personnages sont clairement concentrés sur leurs décolletés et leurs entrejambes respectifs et c’est parfois un peu répétitif… Le vocabulaire n’est pas des plus châtié, et même si ça colle bien avec le décor, c’est aussi un peu too much… et enfin (et non des moindres), la pauvre felicity s’en prend vraiment beaucoup – BEAUCOUP – dans la figure en très peu de temps, et même s’il est difficile de parler d’histoire crédible quand on parle de vampires et d’anges – qui sait? – je trouve que la chronologie est un peu trop fantaisiste et surtout en défaveur de notre chère felicity. Mais oui, des livres où il n’arrive rien au héros, ce n’est pas vendeur, je saiiiiis… 🙂

En quelques mots, j’ai passé de bons moments de lecture, ça m’a bien changé les idées et divertie… et pourtant il ne détrône pas les autres séries que j’ai lu récemment, Meg Corbyn d’une part et Kate Daniels de l’autre. Un peu trop de « je-t-aime-moi-non-plus » et un schéma peut être plus répétitif que dans les autres? Difficile à dire.

Gros carton auprès des lecteurs en tout cas, c’est une série qui a décidément sa place dans l’univers « urban fantasy », sous catégorie bit-lit! Et c’est français et on retrouve, de manière assez amusante d’ailleurs, tous les titres dans les tomes, que ce soit pour annoncer le suivant ou au hasard des pages, j’ai trouvé le clin d’oeil hyper chouette.

Tome 1: Les anges mordent aussi, 300 pages, Ed. Rebelle, 2011
Tome 2: Les anges ont la dent dure, 304 pages, Ed. Rebelle, 2012
Tome 3: Les anges sont de mauvais poil, 305 pages, Ed. Rebelle, 2013
Tome 4: Les anges sont sans merci, 300 pages, Ed. Rebelle, 2014
Tome 5: Les anges battent la campagne, 290 pages, Ed. Rebelle, 2015

Publicités

Alors? un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s