Tous les démons sont ici – Craig Johnson

Tous les démons sont ici - Craig JohnsonWoulala! Ce livre commence sur les chapeaux de roues, dès le bandeau très modeste sur la couverture: « une traque sous haute tension, un rythme à vous couper le souffle » complété par un petit mot (très modeste à nouveau): « des personnages formidables, un humour plein d’esprit, un détective brillant et un immense amour pour le Wyoming ».

Bon, donc j’admets que je me méfie: terrible coup de bluff ou terrible bouquin tout court? Ajoutez là dessus de supers notes chez mon libraire virtuel… Quelle pression!  Lire la suite

Block 46 – Johana Gustawsson

Encore un polar qui vient du froid… et qui fait franchement froid dans le dos.

Trouvé lors de la grosse OP de bragelonne (Merci Zoé pour l’info, merci Bragelonne d’avoir proposé certains livres à 0,99€ pendant une semaine..), j’admets que le prix a largement contribué à ce que j’achète le livre. J’essaie d’alterner polar et fantasy, histoire de ne pas me lasser d’un genre, et surtout, de ne pas vous lasser, vous amis lecteurs 🙂

Il est difficile de dire ce que genre de livre est, ou pas, un coup de coeur. C’est un peu trop violent et sombre pour en être un, mais ce qui est certain, c’est que l’histoire nous embarque et on est assez vite accroché aux aventures de nos héros frigorifiés.

J’ai simplement un énorme coup de gueule, qui a failli me faire poser le livre: allez savoir pourquoi, l’auteur décide d’exposer l’histoire via des personnages très secondaires; il y en a un qui est d’une vulgarité crasse et misogyne en super bonus. Le premier passage avec ce bonhomme arrive assez vite dans le livre, j’ai d’abord cru que ce serait tout du long comme ça, mais non, ouf! Sans quoi, j’aurais vite arrêté ma lecture, tant c’était insupportable. Pas compris l’intérêt!

Sinon, c’est un polar/thriller sombre, qui alterne flashbacks et temps présent, et qui nous plonge dans l’enfer des camps de concentration, on se demande d’abord où on va, mais on y va, et la lumière se fait petit à petit, inexorablement, vers le fin mot de l’histoire. En lecteurs assidus du genre, vous imaginerez les chutes, et les twists (évidemment qu’il y en a!) mais vous profiterez tout de même du voyage.

Ce n’est pas un livre à mettre entre toutes les mains, vous l’aurez compris.

La 4e de couverture en dit beaucoup, mais comme tout se met en place assez vite dans l’histoire, vous ne perdez pas trop d’effet de surprise.

Falkenberg, Suède. Le commissaire Bergström découvre le cadavre terriblement mutilé d’une femme.

Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d’enfants dont les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras.

Étrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie…

En Suède, Emily retrouve une vieille connaissance : Alexis Castells, une écrivaine pleine de charme spécialisée dans les tueurs en série. Ensemble, ces deux personnalités discordantes se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu’aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.

Pour les amateurs du genre, c’est une bonne option! Les commentaires sont assez mitigés sur la toile, mais je l’ai trouvé efficace. Est ce que je vais m’en souvenir dans 3 mois, c’est une autre histoire, mais il aura eu le mérite de me faire passer un moment somme toute distrayant!

La « suite » ou en tout cas les aventures suivantes de l’héroïne, Alexis, sont disponibles, c’est donc que l’histoire rencontre un certain succès.

480 pages imprimées, Ed. Milady, 2016. Trad. M. Jakubowski

 

Projet Anastasis – Jacques Vandroux

Projet_anastasis-jacques_vandroux Difficile de passer à côté de cette histoire chez mon Ami libraire virtuel, ce livre est partout. 411 commentaires au moment où j’écris cet article, et une note de 4.5, forcément, ça intrigue.

Éditeur malin qui propose un tarif intéressant ET une accroche modeste qui dit: « Un thriller dans la lignée de Jean-Christophe Grangé et de Dan Brown.
Un auteur plébiscité par les lecteurs avec déjà 400 000 exemplaires vendus dans le monde. » 

Le suspense est à son comble et on a qu’une seule envie, lire! Je me suis lancée avec enthousiasme (un bon ami à moi, évidemment), et, malheureusement, j’ai un peu ralenti au fur et à mesure des pages pour fini par activer, par moments, ma lecture en diagonale. Pourquoi? parce que c’est long, voire longuet. Dans ce genre de lecture, j’ai envie de quelque chose de pêchu, qui n’arrête pas, qui me secoue.. et c’est effectivement le cas, mais avec quelques pages en trop à mon goût.

C’est un thriller qui coche toutes les cases du genre, et qui, parfois, bascule dans le cliché. Je trouve (mais c’est facile à dire pour moi qui ne fait « que » lire) qu’à trop vouloir en faire, ça nuit à l’histoire: trop de pages, trop de clichés, trop d’aventures (le pauvre héros doit être épuisé après toutes ces péripéties…) et du coup, on arrive avec une histoire assez improbable, que l’on pardonne parfois (Da Vinci code était pas franchement probable, qu’on soit très clairs, si?) mais qui là, m’ont laissée un peu perplexe. Tom Cruise, une fois remis de son aventure de Momie, pourrait tout à fait incarner le héros, il passe d’épreuve en épreuve un peu partout en France et en Europe, trouve de l’aide partout (le réseau poussé à son extrême!!), prend quand même quelques coups au passage mais finit par embrasser la jolie Dame en détresse….

Bref, les notes hyper positives et les commentaires dithyrambiques ont un compliqué la donne en mettant la barre un peu haut …! Je suis déçue d’être déçue, j’avais ENVIE de lire un super thriller… et je n’ai pas trouvé chaussure à mon pied.

Cet auteur, ou devrais-je dire auteurs puisque Monsieur ET Madame Vandroux tiennent la plume, est prolifique et largement plébiscité par les lecteurs, une sorte de succès story que seule internet sait faire, avec auto-publication au départ, grosse maison d’édition ensuite, etc. C’est une chouette histoire! Et à nouveau, me voilà déçue d’être déçue. Un thriller Français qui se passe en France? J’aurais aimé aimer. Il faut avouer aussi que le contexte n’est peut être pas bon; le livre s’ouvre sur un attentat à Notre Dame, et bien que l’auteur précise que ce n’est que fiction et que le livre a été écrit avant tous les événements qui nous endeuillent et inquiètent, j’ai été un peu mal à l’aise au début. On change radicalement de discours ensuite, mais le malaise a un peu persisté!

Je me réserve le droit de lire (ou pas) une autre histoire de l’auteur. Elles ont toutes l’air d’être indépendantes les unes des autres, donc il y a peut être moyen que d’autres histoires me plaisent?

En quelques mots, le résumé en dit toujours un peu trop: blessée lors de l’attentat de Notre Dame, une femme confie son enfant à un inconnu, qui disparaît dans la foule. Lorsqu’elle reprend connaissance, et constatant l’inaction des services de police, elle cherche l’enquêteur qui l’aidera. Commence alors une véritable chasse à l’homme, sur fond de complot d’ampleur internationale et de secrets de famille, où une partie de l’histoire qu’on aurait voulu garder profondément enterrée réapparaît …

524 pages, Ed. Robert Laffont, 2017

Le dompteurs de lions – Camilla Läckberg

Le dompteur de lions - Camilla LäckbergJe tente un énième come back (j’espère que vous admirez mon acharnement à revenir et repartir…), pour de bon ou non, aucune idée!

J’aurais pu commencer par d’autres livres, mais celui là a une saveur particulière: j’ai lu et adoré tous les autres, j’avais hâte de le lire (rendez vous compte, dans une période où je ne lis pas, avoir hâte de lire….!) et j’ai été prodigieusement déçue de l’histoire.

J’ai trouvé ça mou, mou et remou. Et je ne suis pas la seule, on voit, en parallèle des commentaires archi positifs, une certaine lassitude s’installer chez certains lecteurs. Les histoires se suivent, les rebondissements se ressemblent… Il y a évidemment des twists, mais le reste de l’histoire ne réussit pas à donner au tout une apparence sympathique.

Pour le détail de l’intrigue, la 4e de couverture: Une jeune fille disparue depuis plus de quatre mois erre à moitié nue à travers la forêt enneigée avant d’atterrir sur une route déserte. La voiture arrive de nulle part, le choc est inévitable. L’accident n’explique pourtant pas les yeux crevés de la victime et les nombreuses blessures sur son corps. Lorsqu’Erica Falck commence à exhumer une vieille affaire de meurtre impliquant un ancien dompteur de lions, elle ne se doute pas que les sombres tentacules du passé sont en train de se refermer sur le présent. Et que le cauchemar ne fait que commencer…

J’en profite pour signaler que c’est particulièrement violent et cruel, avec des détails peu appétissants… Avis aux amateurs.

Bref, belle déception à la clé pour moi, mais j’ai persévéré malgré tout (ouf!) et j’ai quelques (autres) bonnes lectures en stock. Quant aux aventures de Camilla Läckberg, j’espère qu’elle trouvera une nouvelle dynamique au prochain épisode, vers lequel je ne vais certainement pas me ruer…

392 pages, Ed. Actes Sud, 2016. Trad. L. Grumbach

L’apothicaire – Henri Loevenbruck

L'apothicaire - Henri Loevenbruck

J’ai longtemps tourné autour de ce livre, allez savoir pourquoi. J’ai aussi longtemps tourné autour de cette chronique, tant cette histoire est indéfinissable!

On y parle d’un apothicaire (sans blague!), et l’histoire s’ouvre dans le Paris médiéval. Pour une fois, la 4e de couverture est bien faite, elle n’en dit pas trop (il s’agit de toute façon d’un livre de presque 800 pages que 3 lignes auront du mal à résumer):

«Il vécut à Paris en l’an 1313 un homme qui allait du nom d’Andréas Saint-Loup, mais que d’aucuns appelaient l’Apothicaire, car il était le plus illustre et le plus mystérieux des préparateurs de potions, onguents, drogues et remèdes…»

Un matin de janvier, cet homme découvre dans sa boutique une pièce qu’il avait oubliée… Il comprend alors que jadis vivait ici une personne qui a soudainement disparu de toutes les mémoires. L’Apothicaire, poursuivi par d’obscurs ennemis, accusé d’hérésie par le roi Philippe le Bel et l’Inquisiteur de France, décide de partir à la recherche de son propre passé, de Paris à Compostelle, jusqu’au mont Sinaï.

Entre conte philosophique et suspense ésotérique, L’Apothicaire est une plongée vertigineuse dans les mystères du Moyen Âge et les tréfonds de l’âme humaine.

Né en 1972. Henri Loevenbruck est écrivain, chanteur et compositeur. Auteur de thrillers et de romans d’aventure, il est traduit dans plus de quinze langues.

L’histoire commence presque comme une fresque historique, avec tous les ingrédients du roman d’époque, et puis les événements s’enchaînent, presque inexorables, et poussent notre cher Andréas Saint-Loup dans une direction surprenante, que lui même n’a pas envie de suivre. Plus on avance sur le chemin, plus l’histoire devient effectivement ésotérique, avec un petit côté « Da Vinci Code » et franchement, on a ENVIE de savoir ce qui va se passer ensuite. J’ai traîné dans ma lecture, mais j’ai lu, alors que beaucoup de livres me sont récemment tombés des mains, et j’ai vraiment passé un excellent moment, happée dans l’histoire.

Il faut accepter un petit côté surnaturel, sans quoi je vous déconseille fortement d’ouvrir ce livre. C’est une quête initiatique, avec tous les codes du genre, réflexions sur la vie, le chemin, la connaissance mais aussi des courses poursuites (à cheval, mais c’est quand même ça), des combats, des pièges, de la torture… et même quelques inquisiteurs franchement peu recommandables.

Je ne regrette absolument pas cette lecture, dont je suis quasi persuadée de me souvenir pendant un long moment.

797 pages, Ed. Editions 84 (J’ai Lu), 2013