Origines, Rebecca Kean T6, Cassandra O’Donnell

Rebecca Kean, T6 - Origines - Cassandra O'DonnellBon, je ne vais pas vous gonfler avec les tomes de séries que je lis, que j’enchaîne… MAIS, j’ai tellement adoré (oui oui) cette histoire, que je me suis ruée (mais comme un enfant sur ses cadeaux de Noël) pour dévorer ce nouveau tome. Il faut dire que j’ai lu les précédents tomes en 2014… C’est un moment important pour les fans donc, et ça mérite d’être souligné.

Et j’ai été frustrée d’arriver à la fin…. Méchant cliffhanger, qui donne envie de lire la suite, quelques pages du tome suivant histoire de bien frustrer son monde et hop, c’est reparti pour une attente, annoncée d’un an, fingers crossed.

Je crois qu’un résumé des épisodes précédents m’aurait été utile, il m’a fallu quelques pages (chapitres?) pour me remettre dans le bain, mais ensuite… c’était à la hauteur de mes attentes. Un peu court, peut être, 286 pages, c’est moins que ce à quoi nous étions habitués… Dommage. Une excellente série française (cocorico) qui mérite franchement que l’on s’y intéresse!

Tu as envie d’en savoir plus? Ca se passe par  pour le tome 1 et par ici aussi (pour les tomes suivants).

286 pages imprimées (lu en version électronique), Ed. J’ai Lu, 2017.

Publicités

Felicity Atcock, Les Anges mordent aussi (et suivants) – Sophie Jomain

Felicity Atcock, Tomes 1 à 5, Sophie Jomain

Bon, moi qui clamais haut et fort que les monomanies, c’était rare… j’ai récidivé.

La faute à la fatigue? à la flemme de transporter des livres? à la pluie? à Voltaire (oui, soyons exhaustifs)?

Bref, j’en suis à l’épisode 5 d’une série, en cours, qui devrait en compter 6. Il me reste aussi un « crossover » à lire, une sorte d’épisode 5.5 avec des zombies dedans – j’ai fait mes devoirs de recherche pré-écriture de cette petite bafouille – qui viendrait apparemment éclairer ma lanterne en vue de la future lecture du tome 6.

Sophie Jomain, je connais déjà, j’ai lu les Etoiles de Noss Head (à reculons, parce que c’était trop à la mode) pour finir par tout dévorer parce que c’était bien… voir ici, et .

Pour cette série, c’est un peu différent, j’étais perplexe: avais-je déjà lu ce tome 1? Perplexe donc, je tournais autour, me disant que le résumé me disait rien mais que la couverture par contre me rappelait quelque chose. Quand, en panne de lecture, j’ai vu que le 1er tome était proposé à 0,99€ en version numérique… j’ai cédé, le risque, vous en conviendrez, était minime. Maintenant, depuis le haut du 5e tome, je peux vous affirmer que: 1. je ne l’avais effectivement pas lu et que 2. c’est plutôt pas mal en fait!

Que vous dire? Vampires, anges (au cas où le titre ne serait pas suffisamment explicite..), loups garous, on retrouve tous les ingrédients du genre, jusqu’à la jeune fille en détresse, avec un don fou pour attirer toutes les emm**des possibles, un peu naïve et rougissante… Le tout saupoudré évidemment de beaux mecs baraqués et souvent dénudés qui lui font office de chevaliers servants.

Une bonne dose d’humour, du flirt, des bagarres, le contrat « divertissement » est tout à fait rempli, et on va même jusqu’au cliffhanger de fin… pour avoir très envie de lire la suite. Chez moi, ça a bien marché, et j’ai pesté de voir que le tome 6 n’était pas disponible, et je sais que le « crossover » existe et permet d’éclairer la suite, mais c’est avec des zombies dedans, et je n’aime pas les zombies. Aucun souci avec les démons, les métamorphes, et tout le tralala, mais les zombies, sans moi.

Bref.

8 octobre, pour le tome 6. On verra si la série est suffisamment forte pour résister à 4 mois d’absence :-).

Pour les curieux, voilà le résumé du 1er tome, facilement accessible en ligne à un prix raisonnable (comme la suite des tomes d’ailleurs, ils sont à 4,99€ de mémoire):

« J’ai vraiment pas de bol, il aura suffi d’une morsure, d’une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de s’enterrer dans mon jardin, sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et… ennuyeuse à mourir. »

Sauf qu’en voulant éloigner les ennuis, il arrive qu’on en attire d’autres… à plumes.

Quelques petits bémols (mais rien qui n’ait handicapé ma lecture): bien qu’il n’y ait pas de scènes de sexe à répétition ou gratuites, les personnages sont clairement concentrés sur leurs décolletés et leurs entrejambes respectifs et c’est parfois un peu répétitif… Le vocabulaire n’est pas des plus châtié, et même si ça colle bien avec le décor, c’est aussi un peu too much… et enfin (et non des moindres), la pauvre felicity s’en prend vraiment beaucoup – BEAUCOUP – dans la figure en très peu de temps, et même s’il est difficile de parler d’histoire crédible quand on parle de vampires et d’anges – qui sait? – je trouve que la chronologie est un peu trop fantaisiste et surtout en défaveur de notre chère felicity. Mais oui, des livres où il n’arrive rien au héros, ce n’est pas vendeur, je saiiiiis… 🙂

En quelques mots, j’ai passé de bons moments de lecture, ça m’a bien changé les idées et divertie… et pourtant il ne détrône pas les autres séries que j’ai lu récemment, Meg Corbyn d’une part et Kate Daniels de l’autre. Un peu trop de « je-t-aime-moi-non-plus » et un schéma peut être plus répétitif que dans les autres? Difficile à dire.

Gros carton auprès des lecteurs en tout cas, c’est une série qui a décidément sa place dans l’univers « urban fantasy », sous catégorie bit-lit! Et c’est français et on retrouve, de manière assez amusante d’ailleurs, tous les titres dans les tomes, que ce soit pour annoncer le suivant ou au hasard des pages, j’ai trouvé le clin d’oeil hyper chouette.

Tome 1: Les anges mordent aussi, 300 pages, Ed. Rebelle, 2011
Tome 2: Les anges ont la dent dure, 304 pages, Ed. Rebelle, 2012
Tome 3: Les anges sont de mauvais poil, 305 pages, Ed. Rebelle, 2013
Tome 4: Les anges sont sans merci, 300 pages, Ed. Rebelle, 2014
Tome 5: Les anges battent la campagne, 290 pages, Ed. Rebelle, 2015

(Monomanie du moment) Kate Daniels – Ilona Andrews

Kate Daniels, tomes 1 à 6 - Ilona AndrewsDes monomanies, j’en ai eu, mais je n’en avais pas eu depuis longtemps.

Le premier tome m’avait laissé une drôle d’impression, je ne savais pas si j’avais aimé ou pas, et d’ailleurs je ne retrouve pas trace de l’article sur le blog… j’ai peut être lu mais pas chroniqué, tellement j’étais indécise sur cette série.

Mais le livre 2 a quand même atterri sur une liste de souhaits (et sur ma liste de lecture!), et étant en vacances, avec l’appli Kindle comme seule option de lecture, j’ai choisi un livre dans un budget acceptable. Oui, parfois, mes critères de choix de livres sont surprenants, mais comment choisir sans critère? 🙂

Donc, c’est tombé sur ce fameux tome 2 de Kate Daniels. Je ne me suis pas laissée impressionner par cette couverture si vilaine… c’est d’ailleurs souvent (malheureusement) le cas dans ce genre de série. Lire la suite

4 livres de bit-lit/fantasy… gratuits

Panne de lecture lors d’un déplacement pro à l’étranger. Malheureuse comme les pierres, je me rabats sur le site Youboox, dont j’avais déjà du parler ici: de la lecture gratuite (MAIS avec pub) et de la lecture avec abonnement (et sans pub je crois).

Format avec pub pour moi, et je dois avouer que parfois, on a envie de fracasser le support avec lequel on lit tant c’est agaçant au fur et à mesure des pages (la pub qui tombe en plein moment suspense, c’est comme à la télé, mais beaucoup plus souvent). Alors pas de panique, ce ne sont pas des vraies séquences de pub: c’est comme une page supplémentaire qui se glisse dans le livre, c’est vite tourné pour passer à la suite. Mais vu le volume, il faut être prévenu.

Après un livre un peu tristounet et sérieux, il me fallait du léger. Et comme j’étais bien avec mon « léger », je me suis laissée emporter par le tourbillon de lecture et j’en ai lu 4 (il se peut qu’un 5e soit actuellement en cours, mais je ne vais pas exagérer non plus…), et plutôt que d’être répétitive avec des histoires d’amour, de démons, de vampires et autres joyeusetés, un article condensé me parait plus raisonnable.

Bilan de 4 lectures… légères.

l_echiquier_des_dieux-T1-l_ere_des_miracles-richelle_meadL’échiquier des Dieux, T1, L’ère des miracles, Richelle Mead

c’est le premier que j’ai trouvé, sans conviction, sans qu’il ait été sur une quelconque liste de lecture. Je voulais de la bit-lit, du léger et du Youboox, et cette histoire m’a parue suffisamment originale pour que je me lance. La 4e de couverture est assez intrigante d’ailleurs, fantasy, dystopie, romance, polars: un joli melting pot en perspective.

Suite à l’échec de sa dernière mission quelques années auparavant, Justin March, enquêteur du Bureau de surveillance des sectes et cultes, s’est exilé au Panama où il a sombré dans les addictions qui l’ont toujours tourmenté. Mais à présent la République le rappelle à son service pour enquêter sur une série de meurtres rituels. Aidé dans sa tâche par une Prétorienne, Mae Koskinen, combattante invincible à la beauté surnaturelle, Justin va devoir affronter des forces bien plus redoutables qu’il ne l’imaginait. Car dans l’ombre, des puissances se regroupent, prêtes à reprendre le contrôle de ceux qu’ils ne considèrent que comme des pions sur leur échiquier.

Lire un livre sur une tablette ou sur son téléphone (et je vais partie des ringards qui ont encore un petit écran), implique un inconvénient majeur: pas de note de bas de page et il est pas évident de se ruer sur le lexique en fin de livre. Dans un univers aussi riche, construit et tordu que celui de l’échiquier des dieux, je dois admettre que des petites explications m’ont manquées, ce qui m’aurait permis de rentrer plus facilement dans l’histoire.

Mais, comme souvent avec ce genre de série, c’est assez addictif: je me suis donc trouvée prise au piège de l’histoire, avec envie folle de savoir ce qui allait se passer ensuite… et le livre 2 a atterri sur dans ma pile à lire, déjà bien conséquente (vivement Noël? mais va aussi falloir faire du tri dans la bibliothèque, si je veux que tout tienne chez moi!). L’univers est franchement atypique, archi abouti, et cette histoire de Dieux amène une nouvelle dimension à l’histoire. Polar mystique, comme le qualifient certains, avec des personnages complexes, une histoire complexe, des ramifications complexes… ce n’est pas une saga comme les autres!

Bref, j’ai bien aimé, et je lirais la suite avec plaisir (mais pas en gratuit cette fois, youboox est malin, les 1ers tomes sont généralement offerts… pour mieux vous vendre l’abonnement ensuite, ce qui est logique. Attention toutefois, les séries ne sont pas toutes complètes, vérifiez bien avant de vous lancer!)

528 pages, Ed. Bragelonne, 2014. Trad. L. Evrard

pouvoirs_obscurs-T1-l_invocation-kelley_armstrongPouvoirs obscurs, T1, L’invocation, Kelley Armstrong

Deuxième histoire, changement radical d’ambiance. Une fois le précédent fini et apprécié, j’ai continué sur ma lancée, avec une autre saga, avec un univers suffisamment lointain pour éviter les redites.

Chloé rêve d’avoir une vie normale. Mais des fantômes la traquent !
Si Chloé était dans un film, personne ne douterait d’elle quand elle avoue voir des fantômes. Dans la vraie vie, son père et sa tante l’envoient à Lyle House, un institut psychiatrique spécialisé pour ados. Les médecins prétendent qu’elle souffre de schizophrénie…
Mais d’autres pensionnaires ont l’air, eux aussi, de cacher d’étranges secrets… Ce n’est sûrement pas une coïncidence. Aussi, quand un de ses camarades lui dit qu’elle est peut-être nécromancienne, Chloé décide de découvrir la vérité sur son pouvoir et sur l’endroit mystérieux où elle est enfermée…

Je crois que je n’avais déjà pas accroché à l’autre saga de cette auteure, mais je confirme que ce n’est pas trop mon truc. Une ambiance mollassonne qui se dénoue en 10 pages à la fin quand rien (ou presque) ne se passe au début du livre et que les ficelles sont bien grosses, j’ai été contente de finir le livre. Pas besoin de savoir ce qui va arriver à nos héros, ça ne m’intéresse que très moyennement, surtout que, contrairement au bouquin précédent, je ne me suis pas attachée aux personnages. Next!

384 pages, Ed. Castelmore, 2011. Trad. O. Bazin

le_baiser_de_minuit-T1-minuit-lara_adrianMinuit, T1, Le baiser de minuit, Lara Adrian

Toujours sur ma lancée, et cherchant à oublier un peu ma déconvenue avec le bouquin précédent, j’ai continué avec cette histoire:

La Lignée est parmi nous depuis toujours: de puissants guerriers vampires mènent une guerre secrète contre les Renégats pervertis par la Soif sanguinaire. Lucan Thorne est leur redoutable chef. Il a juré de protéger les siens, mais aussi l’humanité de la menace qui plane sur eux. Une mortelle n’a pas sa place dans cette vie de combat… jusqu’à ce que Lucan rencontre Gabrielle Maxwell, photographe d4nom. Témoin d’un crime atroce, la jeune femme est la cible des Renégats. Pour la sauver, Lucan n’a d’autre choix que de l’entraîner dans les profondeurs où il règne. Gabrielle est soudain confrontée à un destin extraordinaire où se mêlent danger, séduction et les plaisirs les plus sombres…

Et j’ai été scotchée de constater à quel point l’histoire était proche de celle de La Confrérie de la Dague Noire (de J.R. Ward) que j’avais dévorée: un tome présente un membre de la confrérie et l’élu(e) de son coeur. Même schéma ici, et du coup, un peu moins de saveur.

Pas désagréable, mais déjà vu, déjà lu. Une bonne série pour m’occuper les jours de panne de lecture, mais que je n’irais pas chercher. Evidemment, et je radote, c’est addictif… mais j’ai suffisamment de choses à lire par ailleurs pour ne pas vouloir me plonger dans une sorte de remake (même si les histoires sont assez différentes, l’idée de départ et la construction de la saga sont trop proches à mon goût).

512 pages, Ed. Milady, 2011. Trad. F. Richet

witchling-T1-les_soeurs_de_la_lune-yasmine_galenornLes soeurs de la lune, T1, Witchling, Yasmine Galenorn

Un dernier pour la route… Ambiance différente, a nouveau: Nous sommes les soeurs D’Artigo : mi-humaines, mi-fées, agents de la CIA d’Outremonde. Etre une fée dans votre monde confère bien des avantages : nous sommes plutôt bien perçues, contrairement à nos congénères un peu moins, disons… sexy. Malheureusement, notre ascendance nous joue parfois des tours. Quand elle panique, ma sœur Delilah se transforme en chat. Menolly, elle, est un vampire qui tente de s’adapter à sa condition. Quant à moi ? Je suis Camille… une sorcière. Sauf que ma magie est aussi imprévisible que la météo, et ça, mes ennemis vont l’apprendre à leurs dépens !

Un ton un peu plus léger, une histoire qui mélange plein de choses, humains, vampires, fées, garous… pourquoi pas? J’ai trouvé que cette histoire contenait plus d’humour et de situations loufoques que les autres, ça se prend moins au sérieux et c’est agréable. On peut s’agacer de voir que les personnages sont parfois bien naïfs ou qu’on les dit maladroits quand tout leur réussit, mais il y a un petit je ne sais quoi qui différencie cette histoire des autres. C’est aussi bourrés de clichés, de scènes d’amour… je me demande même pourquoi j’ai aimé quand je lis le nombre de commentaires négatifs de cette série (il y en a plein de positifs aussi…).

Elle m’a intriguée, en plus de me permettre de me divertir de façon agréable. Pas autant d’impact que l’Echiquier des Dieux, qui est une histoire hyper construite dans un environnement très abouti, mais un début prometteur. J’ai compris que le narrateur changeait dans le tome 2, c’est une autre sœur qui prend le relais: je me laisserais sûrement tenter, en espérant que je n’ai pas lu de travers le premier tome… et que mon état de fatigue ait influencé ma perception de l’histoire!

352 pages, Ed. Milady, 2009. Trad. C. Tasson