Récidive – Sonja Delzongle

Récidive - Sonja Delzongle Sonja Delzongle a réussi à m’embarquer au Kenya dans son excellent Dust, et avait moins réussi à me convaincre avec l’histoire suivante, qui se passait aux USA, dans le froid de l’hiver (chronique ici). Lire la suite

Publicités

Calvaire Balnéaire à Dinard – François Paris

calvaire_balnéaire_dinard-francois_parisComme je fais partie des gens qui partent en vacances en août, je suis « coincée » à la ville quand d’autres font l’étoile de mer au bord de la piscine ou gambadent joyeusement dans la nature.

Certes.

Du coup, je me suis dit que le temps était venu de partir pour de faux en vacances en lisant un livre qui se passe à Dinard. Maison d’édition locale, auteur local, ça fleure bon la Bretagne!

Evidemment, quand on connaît les lieux, c’est facile de se projeter là bas et de se croire au bord de l’eau, le long de la plage de l’Ecluse, ou au pied de la pointe du Moulinet… de mon côté, le contrat « presque vacances » a été rempli, et c’est déjà un bon point.

L’histoire ensuite, avec la 4e de couverture (très long résumé! trop long?)

Dinard. Printemps 1912. La station balnéaire brille de mille feux. Les aristocrates les plus fortunés de la planète s’y donnent rendez-vous et célèbrent les premiers jours d’une nouvelle saison qui, cette année encore, s’annonce exceptionnelle. On attend fébrilement l’arrivée de Roland Garros, venu poser son aéroplane six mois plus tôt sur la grève de l’Ecluse. Judith Gautier tient salon à Saint-Enogat en compagnie de poètes de renom, tandis qu’au sein des casinos de la ville, les plus belles femmes du monde rivalisent chaque soir d’élégance… Dinard, au faite de sa gloire, est en pleine effervescence. Parmi ce gotha huppé, Francis Hold, joueur invétéré criblé de dettes, est contraint d’accepter un emploi de secrétaire particulier au service de Lord Archibald Trenton. Ce riche industriel anglais vient d’acquérir une somptueuse villa qui surplombe la mer. Mais à peine arrivé, Francis Hold est le témoin de meurtres sordides. Des jeunes filles – le plus souvent des employées de maison – sont sauvagement assassinées. De peur que ces crimes ne viennent gâcher la fête et perturber l’insouciance des estivants, les autorités minimisent les faits, jusqu’à les étouffer complètement. Francis Hold ne l’entend pas de cette oreille et décide de mener sa propre enquête. Un geste honorable, mais qu’il regrette rapidement. Pour lui, le cauchemar ne fait que commencer

Les personnages sont sympathiques, et même s’il y a meurtres, l’histoire est assez légère. Je reconnais ne pas avoir été soufflée par l’intrigue, d’une part parce que je sentais venir certains faits par moments, et d’autre part parce que la fin m’a parue être un tantinet trop abradacabrantesque. C’est donc avec un sentiment assez mitigé que j’ai refermé le livre.

Oui pour le cadre, oui pour l’ambiance, la déco, les gens, l’époque (on y parle de haut-de-forme, et de chapeau melon tout de même), moins pour l’intrigue et le dénouement. Si vous êtes en Bretagne ou y faites de temps en temps un saut, profitez en pour vous pencher sur ces auteurs et cette maison d’éditions, c’est une lecture parfaite pour retrouver un peu de Bretagne chez soi (on peut aussi manger des crêpes, ou des sablés, ce qui n’est d’ailleurs absolument pas incompatible avec la lecture!).

Je ne sais pas si les histoires ont autant de charme si on ne connaît pas les lieux… Amis juilletistes et bretons de passage, vous savez ce qu’il vous reste à faire!

257 pages, Ouest & Cie Editions, 2014