Le Jardin des secrets – Kate Morton

le_jardin_des_secrets-kate_mortonCe livre doit être celui qui a inauguré ma PAL, c’est dire qu’il traîne dessus depuis un moment! Des commentaires mitigés m’avaient fait douter, mais je n’ai pas réussi à l’oublier pour autant!

Vu dans ma boutique d’occasion préférée à 1€, l’heure était venue! Lire la suite

L’héritage impossible – Anne B Ragde

l-heritage-impossible_anne-b-ragdeRevoilà notre famille Neshov, et tous les protagonistes que nous avions rencontré dans les tomes. précedents

On est toujours en Norvège, avec les truies et les porcelets. En d’autres termes, ni le décor, ni les personnages ne varient d’un iota. 

On retrouve notre Torunn, celle que l’on suit de près, en mauvaise posture. Et ça va durer jusqu’au bout de ce livre.

Et là, il y a deux façons d’appréhender le bouquin: soit on a envie de rêver un peu, d’y croire, et on attend un avenir meilleur pour tous ces gens. Soit on trouve que finalement, la lecture doit refléter la vraie vie, et on accepte ce que l’on va lire.

Pour ma part, j’ai été déçue de cette fin. « Tout ça pour ça ». La Torunn, qui était motivée, gentille, … devient un peu geignarde, alcoolique… Je trouve que c’est un peu extrême (et surtout, l’auteur insiste lourdement sur les pleurnicheries sans nous laisser vraiment comprendre ce qui se passe). Ou alors, c’est la « malédiction » de la ferme qui veut ça.

Bref, sans vouloir une fin qui soit complètement irréaliste, j’aurais préféré une fin qui soit moins tordue. On suit les personnages pendant 3 livres, on aurait peut être au moins mérité un épilogue pour savoir ce que les gens vont devenir?

Là, ca se termine un peu brusquement, un peu tristement. Est ce que l’auteur a voulu laisser la porte ouverte à un tome suivant?

Je suis donc restée sur ma faim. Je maintiens que les deux premiers tomes sont chouettes, le dernier est un peu plus gnangnan mais se lit sans difficulté!

348 pages, Ed. Balland, 2010

La ferme des Neshov – Anne B. Ragde

la_ferme_des_neshov-anne_b_ragdeDeuxième épisode de la vie de l’univers Neshov, notre famille norvégienne dont j’avais fait la rencontre précédemment.

Comme d’habitude, je ne veux pas déflorer le plaisir de lecture à ceux qui se lanceraient, je vais donc me borner à ce qui est déjà dévoilé par le résumé: la mère castratrice est morte, son gros secret révélé. Les choses doivent maintenant s’organiser sans cette présence forte.

On continue à découvrir les personnages, ainsi que certains nouveaux qui viennent se greffer en route. Aucune fausse note dans la lecture, aucune longueur dans ce tome: une fin un peu abrupte, un bon gros « cliffhanger » qui nous fait pester: « le 3e tome n’est pas encore sorti! ».

C’est une bonne lecture, un bon moment, pas forcément sympathique vu les sujets abordés (la solitude et l’isolement des vieux, la difficulté des paysans, la mort, la religion, un peu d’homosexualité et l’homoparentalité…) mais tout y est bien traité, trash mais pas trop.

Le 3e tome paraîtra en poche courant janvier. Je vais donc devoir ronger mon frein d’ici là!

Les auteurs du nord nous réservent donc bien des surprises après les polars de qualité, voilà les romans de qualité!

349 pages, Ed. 10, 2011

La terre des mensonges – Anne B. Ragde

la-terre-des-mensonges-ragdeVoilà un autre livre dans lequel je me suis lancée sans en savoir beaucoup, offert lui aussi.

Ce que j’en savais une trilogie, qui se situe en Norvège et qui est en fait une saga familiale.

Dans ce premier tome, il s’agit de planter le décor et nous présenter la famille Neshov. Nous découvrons donc la mère, qui se meurt, les 3 fils et la seule petite fille. 

C’est évidemment une famille avec des liens complexes et des secrets profondément enfouis.

Les paysages sont beaux, la vie de chacun des enfants bien décrite et il y a un rebondissement à la fin (forcément)… On a envie de connaitre la suite et on s’attache à certains personnages (pas tous), mais surtout on se doute qu’il y a encore des choses bizarres à connaitre sur cette famille qui vit d’un bien étrange manière!

Certains passages sont assez longs mais sont aussi nécessaires au « plantage de décor ». Ce n’est pas un livre à recommander pour ceux qui guettent l’action à toutes les pages. Peut être par contre un bon moyen de trouver sa famille un peu plus « normale » par rapport à celle là!

La suite au prochain épisode donc!

350 pages, Ed. 10, 2011

 

Boomerang – Tatiana de Rosnay

boomrang-tatiana_de_ronsaySur Paris Première, il y a une émission qui s’appelle: La mode, la mode, la mode. Ce livre m’a fait penser à: la mort, la mort, la mort.

Le thème principal est la mort, et on le comprend bien. Comment gérer la perte d’un parent quand l’enfant est jeune, la perte d’un enfant, et de tous les autres. Rajoutons à tout ceci une histoire de famille un brin compliquée, un accident de voiture, des secrets, un divorce (rien ne va plus) et on obtient Boomerang. 

Pourtant, le livre se lit bien, un peu à la Pancol, l’histoire est assez fluide. Mais il reste un grand sentiment de vide à la fin de ce livre. Déprimé? Fatigué? Endeuillé? ce livre n’est pas pour vous. Il en rajoute dans le pathos, et certains décès ne servent pas l’histoire.

Trop de « Mort ». Et pour combler le tout, on a le droit à un personnage dont le métier est celui d’embaumeur. Avouez que là, elle pousse le bouchon un peu loin!

Si je récapitule: style: ok. Lisibilité: Bonne. Mais la mort est trop omniprésente, un peu vaine, et du coup l’histoire en pâtit sérieusement. Il n’y a pas de message (ou je ne l’ai pas vu?). Sur Amazon, ce livre est plutôt bien noté (mais je ne suis pas la seule à l’avoir trouvé un chouïa glauque).

Je ne sais pas si c’est le fait que ce soit une auteur à succès qui a trouvé ses fan, ce qui expliquerait l’engouement autour de ce livre, mais je n’ai pas accroché. Il faut sûrement lire « Elle s’appelait Sarah », qui à l’air d’être un chef d’oeuvre (pas vu au ciné non plus). Je le rajoute sur la liste de lecture, on ne sait jamais!

384 pages, Ed. Le Livre de Poche, 2010